RALPH le pantalon qui vous aime

Le pantalon Ralph est le 3e patron de la collection automne-hiver 2018.

Les pantalons sont toujours des challenges pour moi et avec Ralph j’ai du lutter plusieurs mois avant d’obtenir ce que je voulais!

Aux origines…

Lorsque Ralph n’avait même pas encore de nom, je le voulais avec des poches à rabats. Il devait être ajusté aux hanches et en haut des cuisses mais plus large sur le bas… Le problème était que je voulais mixer les caractéristiques d’un pantalon à pinces avec celles d’un pantalon moulant. Grave erreur…

J’ai donc essuyé quelques échecs avant de comprendre. Ces échecs m’ont toutefois permis de corriger d’autres problèmes. Je suis d’une nature plutôt positive et optimiste et même si je n’aime pas les ratés, j’en sors toujours grandie car je sais que cela m’a permis d’apprendre et de faire encore mieux.

Par exemple, en cousant mes premières poches italiennes dont le fond ressortait sans arrêt, j’ai cherché et trouvé une solution. Ainsi, les fonds de poche de Ralph ne bougent pas! Exit également les rabats, remplacés par un empiècement.

Une coupe « bootcut »

J’aime porter des jeans « bootcut ». Vous savez ces jeans ajustés jusqu’aux genoux puis plus évasés aux chevilles sans être patte d’eph non plus. Je me suis donc décidée pour cette coupe.

Il a fallu user quelques toiles avant de trouver la bonne longueur et profondeur de fourche et les largeurs correctes pour un ajustement optimal (sans saucissonnage). Et bien sûr comme tous les pantalons, Ralph devra peut-être subir quelques ajustements chez vous pour qu’il  convienne parfaitement. La morphologie du bassin féminin est tellement complexe! C’est pourquoi je conseille fortement dans mes instructions de réaliser une toile rapide dans un tissu similaire au tissu final.

De plus, dans un pantalon moulant, l’élasticité du tissu compte pour beaucoup dans le rendu. Ainsi, ce modèle est adapté à des tissus d’une élasticité plutôt faible (10-15%) comme le prince de galles dont je vous parle plus loin. Pour ma deuxième version, dans un chino rouge possédant une élasticité de 30%, j’ai coupé mes pièces une taille en-dessous. Tout ceci est bien entendu précisé dans les instructions. Et c’est encore parce que j’avais commencé par une erreur de tissu que je peux aujourd’hui vous conseiller au mieux. Vive les erreurs! Enfin pas trop quand même…

Les détails, toujours les détails…

Pour Ralph, j’ai décidé de proposer une fermeture sur le côté (zip invisible + bouton) plutôt qu’une braguette centrale qui aurait gâché l’esthétique de ma ceinture.

Ma première envie était un empiècement triangulaire dans le dos, comme on peut voir sur certains jeans. Mais je le voulais en une seule pièce comme une ceinture. Après quelques ajustements sur la hauteur de la pointe et l’angle (il fallait que ce ne soit pas trop compliqué à coudre!), j’avais ma ceinture dos.

Je voulais un rappel discret du triangle sur le devant de la ceinture. L’angle du triangle est donc beaucoup moins présent mais visible quand même.

Pour les poches, c’est en dessinant mes croquis que j’ai eu l’idée de ce petit empiècement. Je le trouvais joli et discret. Il permet d’associer plusieurs tissus ou d’insérer du passepoil, les jeux favoris des couturières que nous sommes! On peut aussi simplement réaliser quelques surpiqûres comme je l’ai fait pour ma version rouge.

Comme je le disais plus haut, les fonds de poche sont solidaires de la fourche et ainsi ne ressortent pas sans arrêt lorsque l’on marche. Et quel plaisir de se coudre de jolis fonds de poche! Ici j’ai utilisé les chutes d’une viscose Cousette dans laquelle j’avais cousu une de mes robes Palma.

Les différentes versions

Prince de galles

Alors oui, je n’ai pas la taille mannequin et je suis plutôt « hanchue » donc je devrais éviter les carreaux et rayures sur les pantalons… Mais j’aime tellement ça!

Ici un prince de galles de chez Pretty Mercerie. Il possède 10 à 15% d’élasticité, ce qui n’est pas précisé sur leur site mais que j’ai mesuré. Il est donc parfait pour un Ralph coupé dans la taille qui me correspond sur le tableau de mesure.

J’ai cousu mes empiècements de poche dans la proviscose caramel Pretty Mercerie qui a également servie pour coudre la blouse Rosanna que je porte avec. J’ai thermocollé les empiècements mais ils ont malgré tout tendance à se plisser… Il faut dire que je n’ai pas arrêté de mettre mes mains dans les poches!

Malgré sa coupe ajusté et l’élasticité modérée du tissu, cette version est très confortable.

Chino rouge

J’ai cousu cette version dans un esprit « jeans ». Le chino rouge de chez Pretty Mercerie s’y prêtait très bien. Mais son élasticité importante m’a obligée à coudre mon pantalon une taille en-dessous de ma taille habituelle. Et je trouve qu’il y a davantage de plis avec cette souplesse et l’épaisseur du tissu. En revanche, il est plus que confortable dans cette matière.

J’ai associé ma blouse Paule marinière à ce pantalon et j’aime beaucoup ce look!

 

Alors, allez-vous adopter Ralph?

Maud

2 Comments

  1. Je vais me laisser tenter. Toutefois, j’ai un doute sur le choix de mon tissu. Il s’agit d’une gabardine de coton / sergé de coton et j’ai peur qu’il ne soit pas assez élastique. Mais oui, ce Ralph me plaît beaucoup ! Bravo

Laisser un commentaire